Sélection 2008

Chagrin dans le ciel

Chagrin dans le Ciel, Lee Hee-Jae, Lee Youn-Bok, Casterman, juin 2007

Signé de l’un des auteurs les plus respectés de la bande dessinée en corée, Lee Hee-jae, Chagrin dans le ciel s’inscrit dans la tradition du réalisme social. Découpé en récits courts constituant un ensemble cohérent, l’album est l’adaptation en bande dessinée du journal intime de Lee Youn-bok, un jeune garçon très pauvre du début des années 60. Dans le décor de la Corée d’alors, marquée par les innombrables stigmates de la guerre encore toute proche, Younbok, pour nourrir sa famille – son père malade est au chômage et il est l’aîné de quatre enfants – vend des chewing-gums, cire les chaussures, nourrit les chèvres et mendie. Son existence n’est qu’une longue suite d’épreuves, une lutte épuisante pour la survie. Une bouleversante chronique de la misère et d’une enfance volée, qui est aussi une belle évocation historique de la difficile renaissance d’un pays dévasté.

 

lareconciliation_vignetteLa Réconciliation, Théa & Charles Rojzman, Éditions JC. Lattès, 2007

Chronique d’une jeunesse désabusée, narration à la première personne, récit intimiste. Témoignage sous fond de pensée philosophique. Dessin torturé qui fait la bascule entre le monde intérieur et la réalité. La souffrance qu’on porte en soi au fil de son parcours peut constituer un sérieux handicap dans son rapport aux autres. Commencer par s’accepter soi c’est début de la réconciliation, oser regarder son image en face et accepter qu’on est fragile et faillible, que l’esprit humain est d’une complexité sans pareille et que derrière la violence se cache aussi la souffrance. La violence faite aux autres mais aussi à soi-même par la négation de soi, en refusant d’exister et d’affronter l’extérieur. La découverte de l’autre en soi est le point de départ de l’ouverture aux autres et à la vie.

 

L'étoile du soldatL’Étoile du soldat, Follet, Ponfilly, Casterman, 2007

L’Étoile du soldat est un one-shot du belge René Follet, né en 1931, grande pointure, mais peu connu. Certains se souviennent d’Ikar (avec Pierre Makyo, chez Glénat), de Terreur (avec Duchâteau, au Lombard) ou de son plus bel album car il y a choisi les couleurs : Shelena (avec Jéromine Pasteur, chez Casterman). On sait moins qu’il a travaillé pour Emmanuel Lepage (Muchacho, chez Dupuis) et Mitacq (Jacques Le Gall, chez Dupuis). Voir la monographie de Jozef Peeters à l’Âge d’Or (janvier 2007) et l’exposition présentée à Angoulême l’an dernier.
Le scénariste est Christophe de Ponfilly, de 20 ans son cadet, mais décédé en mai 2006. Journaliste, notamment en Afghanistan, il avait été l’un des premiers, dans les années 80, à faire connaître Massoud. Le journaliste et le commandant sont personnages de cette BD qui se passe dans les années de l’occupation soviétique. Le héros, Nikolaï, est un jeune artiste, fou de guitare, forcé de servir sous l’étoile rouge contre la résistance afghane. Fait prisonnier, il découvre les valeurs de l’autre camp…

Roland Francart

 

Amère PatrieAmère patrie, Tome 1, Lax, Blier, Dupuis, Collection Aire Libre, octobre 2007

“Amère patrie” ou “La mère patrie” ? Le jeu de mots est significatif pour cet album. Les deux titres conviennent. À l’aube de la guerre de 1914, deux existences, celle d’Ousmane le jeune Sénégalais et celle de Jean, le jeune paysan Français, semblent n’avoir rien en commun…et pourtant ces deux-là vont se rencontrer au sein de la tragédie mondiale. Pour l’heure, c’est l’avenir et leurs amours qui les préoccupent. Jean Gadoix le paysan pourra-t-il vivre son amour avec Hubertine, l’étudiante en médecine, et Ismalia, la sœur d’Ousmane pourra-t-elle se libérer des lois de sa tribu ? Le lecteur passe d’un pays à l’autre avec aisance grâce au dessin, parfaitement maîtrisé, soutenu par une très belle colorisation. Cet album de qualité est destiné à un large public, qui attendra la suite avec impatience.

 G. Bénard.